INSEMINATION ARTIFICIELLE (IA)

CLINIQUE D’INSÉMINATION ARTIFICIELLE (IA)

Ovoclinic est votre clinique d’insémination artificielle.

Nous voulons vous aider à réaliser votre rêve de fonder une famille. Vous voulez en savoir plus ?

Hidden
JJ slash MM slash AAAA
Consentimiento*
Consentimiento

Responsable : Ovoclinic | Objectif : fournir les informations ou les services que vous demandez. | Légitimation : Consentement de l’intéressé | Destinataires : Aucune donnée ne sera cédée à des tiers sauf obligation légale. Droits : Accéder, rectifier et supprimer les données, ainsi que d’autres droits, comme expliqué dans les informations complémentaires. Informations complémentaires : Vous pouvez consulter les informations complémentaires et détaillées dans notre rubrique Politique de confidentialité.

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

QU’EST-CE QUE L’INSÉMINATION ARTIFICIELLE (IA) ?

L’insémination artificielle (IA) est un traitement de procréation assistée très simple qui imite le processus de fécondation naturelle. Cette technique consiste à introduire dans l’utérus de la femme un échantillon de sperme, lequel peut provenir du couple (IAC) ou d’un donneur anonyme (IAD).

Pour augmenter les chances de grossesse, pendant la procédure, une stimulation ovarienne programmée est réalisée chez la future mère. puis l’échantillon de spermatozoïdes préalablement traité en laboratoire est introduit directement dans l’utérus, réduisant ainsi le chemin que les spermatozoïdes devront parcourir pour arriver à l’utérus.

POURQUOI CHOISIR OVOCLINIC COMME CLINIQUE D’INSÉMINATION ARTIFICIELLE (IA) ?

Ovoclinic, votre clinique d’insémination artificielle, compte plus de 20 ans d’expérience dans tous types de traitements de procréation assistée de grande complexité. Réaliser votre rêve d’être mère, c’est notre priorité. De plus, nous proposons des plans de Garantie de grossesse et de naissance pour vous apporter une plus grande tranquillité.

À QUI S’ADRESSE LE TRAITEMENT D’INSÉMINATION ARTIFICIELLE (IA) ?

  • Couples ayant des problèmes de stérilité faibles ou modérés, de courte durée, et dont la femme a moins de 35 ans ;
  • Femmes seules qui veulent tomber enceintes et qui remplissent les conditions relatives à cette technique ;
  • Couples de femmes qui optent pour cette option et qui y sont aptes ;
  • Couples hétérosexuels qui doivent avoir recours au sperme d’un donneur parce que l’homme présente un nombre de spermatozoïdes insuffisant ou est porteur d’une maladie génétique non détectable lors du DPI (diagnostic préimplantatoire).

Les chances de grossesse, qui dépendent des caractéristiques des patients et du type d’insémination (conjugale ou avec le sperme d’un donneur anonyme) varient entre 15 % et 30 % par tentative d’insémination. N’oublions pas que, avec cette technique, il est impossible d’obtenir des informations sur le développement des embryons ni sur leur qualité.

Si après trois cycles d’insémination artificielle, la grossesse n’est pas survenue, il est recommandé de passer à la fécondation in vitro.

ÉTAPES DU TRAITEMENT D’INSÉMINATION ARTIFICIELLE (IA)

Pendant la première étape, les ovaires sont soumis à une stimulation hormonale et l’ovulation est contrôlée, l’objectif étant de préparer l’utérus de la femme pour optimiser les chances de grossesse.

Cette étape dure environ 8 jours.
Lorsque les ovules sont matures, l’insémination est programmée.

Les spermatozoïdes, quant à eux, peuvent provenir du couple ou d’une banque de sperme (donneur anonyme). Pour maximiser les chances de réussite, l’échantillon de sperme passe par un processus de préparation au cours duquel les spermatozoïdes morts ou présentant des problèmes de mobilité sont retirés.

Au cours de cette étape, l’échantillon de sperme sélectionné est déposé dans l’utérus de la future mère.

14 ou 15 jours après l’insémination artificielle, un test de grossesse doit être réalisé pour déterminer si le traitement a fonctionné.

Si le test de grossesse est négatif, il est possible de répéter la procédure après une période raisonnable.

Si après trois cycles d’insémination artificielle, la grossesse désirée ne survient pas, il est recommandé de commencer la procédure de fécondation in vitro (ICSI).

VOUS AVEZ DES QUESTIONS SUR LE TRAITEMENT D’INSÉMINATION ARTIFICIELLE (IA) ?

EST-IL POSSIBLE DE FAIRE UN TRAITEMENT D’INSÉMINATION ARTIFICIELLE AU COURS D’UN CYCLE NATUREL ?

Oui, c’est possible. Dans ce cas, aucun médicament n’est administré pour stimuler les ovaires. Nous effectuons simplement des échographies pour contrôler l’ovulation. Cependant, avec cette méthode, les chances de grossesse sont plus faibles que si nous réalisons une stimulation ovarienne. C’est pourquoi elle n’est recommandée qu’aux femmes présentant un très bon pronostic.

QUELS SONT LES RISQUES DE GROSSESSE GÉMELLAIRE AVEC L’INSÉMINATION ARTIFICIELLE ?

Lors d’une insémination artificielle, la stimulation ovarienne permet de produire 1 à 3 ovules, en général. Chaque fois que l’ovaire produit plusieurs ovules, il existe un risque de grossesse multiple, même si, selon ces règles, la probabilité d’avoir des jumeaux est d’environ 8 %. Si la patiente ne souhaite absolument pas courir ce risque, il est possible d’injecter une dose très faible pour qu’un seul follicule ne se développe ou de réaliser l’insémination artificielle sur un cycle naturel, mais il faut avoir conscience que cela réduira les chances de grossesse.

QUELS SONT LES CONDITIONS REQUISES POUR POUVOIR ESSAYER L’INSÉMINATION ARTIFICIELLE ?

Dans notre clinique d’insémination artificielle, on recommande de réserver cette technique aux jeunes femmes (37 ans maximum). Dans le cas de couples de femmes ou de femmes sans partenaire qui auront recours au sperme d’un donneur, l’âge peut être repoussé à 38 ou 39 ans.
Outre ces conditions d’âge, il faut vérifier que la femme possède une bonne réserve ovarienne, écarter les pathologies comme l’endométriose et, dans de nombreux de cas, vérifier qu’il existe une perméabilité tubaire (par le biais d’une hystérosalpingographie ou d’une hystérosonographie).
L’insémination artificielle avec le sperme du couple est recommandée uniquement chez les couples qui essayent de procréer depuis peu de temps et au sein desquels l’homme à un nombre de spermatozoïdes mobiles supérieur à 5 millions/ml.

QUE SONT L’HYSTÉROSALPINGOGRAHIE ET L’HYSTÉROSONOGRAPHIE ?

Ces deux tests nous servent principalement à déterminer si les trompes de Fallope sont perméables, permettant ainsi aux ovules et aux spermatozoïdes de les traverser pour se retrouver en vue d’une fécondation.

La principale différence entre l’une et l’autre est que l’hystérosalpingographie utilise des rayons X et que l’hystérosonographie utilise l’échographie. Dans les deux cas, un liquide est introduit dans le col de l’utérus afin de connaître la morphologie de la cavité utérine et de déterminer si ce liquide passe à travers les trompes, démontrant leur perméabilité.

Au cours des dernières années, un produit de contraste spécifique a été développé pour l’échographie. Ainsi, on peut voir facilement si ce produit passe à travers les trompes. Cette technique, appelée HyCoSy, est actuellement la plus recommandée.

QUELLE EST LA DIFFÉRENCE ENTRE FÉCONDATION IN VITRO ET INSÉMINATION ARTIFICIELLE ?

Pour l’insémination artificielle, le sperme est déposé dans la cavité utérine et la fécondation a lieu à l’intérieur de l’utérus, alors que pour la fécondation in vitro, la fécondation se produit à l’extérieur de l’utérus, dans un laboratoire, in vitro.

POUR QUELLES RAISONS UNE INSÉMINATION ARTIFICIELLE ÉCHOUE-T-ELLE ?

Les raisons peuvent être diverses, mais généralement cela est dû à la mauvaise qualité du sperme ou à de graves problèmes de fertilité. Cette technique imitant le processus de fécondation naturelle, on recommande toujours, après deux ou trois tentatives infructueuses, de commencer le traitement de fécondation in vitro (ICSI), qui présente des taux de réussite supérieurs.

POURQUOI L’INSÉMINATION ARTICIELLE EST-ELLE MOINS PRÉCISE ?

À la différence de l’ICSI, la technique de l’insémination artificielle ne nous apporte pas de données sur les ovules fécondés, ni sur la qualité des possibles embryons. Une fois le sperme introduit dans la cavité utérine, nous n’avons pas d’informations suffisantes.

TRAITEMENTS
ASSOCIÉS