Scroll Top

Comment puis-je réussir ma grossesse en souffrant de thrombophilie ?

Tratamiento para pacientes embarazadas con trombofilia

De nos jours, la majorité des femmes présentant une thrombophilie peuvent mener des grossesses normales et donner naissance à des enfants en bonne santé. Cependant, dans certaines situations, la thrombophilie peut entraîner des difficultés lors de la conception. C’est pourquoi, dans cet article, nous allons examiner en détail la manière dont nous pouvons diagnostiquer cette condition au cours d’un processus de procréation médicalement assistée, ainsi que les moyens de prévenir les fausses couches ou les complications en vue d’obtenir une grossesse réussite.

QU’EST-CE QUE LA THROMBOPHILIE ET COMMENT AFFECTE-T-ELLE LES FEMMES ENCEINTES ?

La grossesse constitue un état physiologique caractérisé par une augmentation de la coagulation sanguine, au cours duquel un fœtus se développe depuis l’implantation (stade embryonnaire) jusqu’à l’accouchement. Pendant cette période d’environ 40 à 42 semaines, la femme doit s’adapter à des changements physiques et émotionnels significatifs.

La thrombophilie est une affection médicale se caractérisant par la formation de caillots sanguins (thromboses) qui peuvent obstruer la circulation sanguine. Elle peut être de nature acquise, plus communément connue sous le nom de syndrome des antiphospholipides, ou être d’origine héréditaire, liée à des mutations génétiques affectant les facteurs et les protéines impliqués dans le processus de coagulation sanguine.

Le traitement principal repose sur l’utilisation d’anticoagulants par voie orale et d’héparine de bas poids moléculaire en injection sous-cutanée. Ces deux types de traitement agissent à différents niveaux de la cascade de coagulation sanguine pour prévenir la formation de caillots.

Lorsqu’une femme enceinte souffre d’une thrombose qui affecte le placenta, cela peut entraîner des complications graves, tant pour le fœtus que pour la mère. C’est pourquoi, en procréation médicalement assistée, il est possible d’anticiper ces problèmes et de contribuer à prévenir de telles complications.

COMMENT LA THROMBOPHILIE EST-ELLE DIAGNOSTIQUÉE EN PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE ?

Le diagnostic se base sur les antécédents médicaux de la patiente, tant sur le plan personnel que familial, ainsi que sur les résultats des analyses de laboratoire (analyses sanguines).

En ce qui concerne les antécédents médicaux, les plus évidents ou liés à cette pathologie incluent : des fausses couches récurrentes (2 à 3 fausses couches en moins de 7 semaines ou une fausse couche survenue après 10 semaines de grossesse), un retard de croissance utérine, de l’hypertension pendant la grossesse, des antécédents de thromboses précédentes ou des antécédents familiaux, entre autres.

Il est essentiel d’étudier chaque cas de manière individuelle.

En procréation médicalement assistée, nous examinons les possibles causes de cette maladie lorsque, dans les antécédents médicaux ou au cours d’un ou plusieurs cycles de fécondation in vitro (FIV) ou de don d’ovules (don d’ovocytes), la patiente a connu des échecs d’implantation ou des fausses couches à répétition.

De plus, si elle présente l’un des cas mentionnés ci-dessus, elle recevra des recommandations à suivre pendant le traitement et la grossesse, notamment : ne pas fumer, essayer de faire de l’exercice physique et éviter la sédentarité, maintenir un régime équilibré pour ne pas dépasser les niveaux de cholestérol, etc…

Elle devra également suivre un traitement pour favoriser l’implantation correcte de l’embryon et permettre le développement d’une grossesse à terme sans complications liées à la thrombophilie.

TRAITEMENT DES PATIENTES ENCEINTES ATTEINTES DE THROMBOPHILIE

Dès le commencement d’une démarche de procréation assistée, une patiente ayant des antécédents d’échecs d’implantation embryonnaire ou de fausses couches répétées doit d’abord subir une évaluation médicale et entamer un traitement en fonction de son dossier médical.

Si le spécialiste le juge approprié, il recommandera de combiner le traitement avec de faibles doses d’acide acétylsalicylique (AAS ou aspirine, anti-inflammatoire)  : 100 mg par jour, ainsi que de l’héparine (par exemple, l’énoxaparine) à partir de la date du transfert embryonnaire ou du début de la préparation de l’endomètre.

Une fois enceinte et après avoir passé le premier trimestre, la femme devra suivre les recommandations de son gynécologue et de son médecin traitant. Dans certains cas, en fonction du type de thrombophilie, la patiente devra continuer à prendre de l’héparine jusqu’au jour de l’accouchement.

L’héparine est administrée par injection une ou plusieurs fois par jour, généralement sur le côté de l’abdomen ou sur la cuisse. Plusieurs études ont démontré que l’héparine ne traverse pas le placenta et n’affecte pas la formation ou la coagulation du fœtus.

Si vous avez des questions concernant votre dossier médical, n’hésitez pas à nous consulter ! Notre équipe de spécialistes en cas de problèmes de fertilité complexes est là pour répondre à vos questions et vous guider dans les étapes nécessaires pour concrétiser votre rêve de devenir mère.😊

📞 951 495 606

Le Premier rendez-vous est gratuit !!

Publications similaires