Entrevue avec Beatriz Tierno « Maman Originale »

Beatriz-Tierno

Nous avons interviewé Beatriz Tierno, plus connue pour son blog : Mamá Original. Psychothérapeute et spécialiste de la fertilité, elle a été maman à 37 ans de María après quatre Fécondations In Vitro (FIV).

Grâce à son expérience et sa formation, elle accompagne d’autres femmes dans leur cheminement vers la maternité à travers la pleine conscience, les techniques d’intégration cérébrale, la programmation neurolinguistique et d’autres outils.

  • Si vous deviez choisir trois mots pour décrire votre processus de procréation assistée, quels seraient-ils ?

Espoir, désespoir et miracle.

  • Sur votre blog, il y a plusieurs articles de votre journal personnel relatant chaque phase du traitement, mais la procréation assistée pour de nombreux patients reste encore quelque chose de tabou ou de difficile à partager avec les autres… Pourquoi pensez-vous que cela continue aujourd’hui ?

La vérité est que le démarrage de tout processus de procréation assistée est compliqué pour toutes les émotions par lesquelles nous devons faire face. Moi-même, je n’étais pas capable de dire pendant que j’y étais. Il y avait déjà trop de nouvelles et de sentiments que je devais digérer pour ajouter de l’exposition à des commentaires et opinions malheureux et devoir fixer des limites à ce que je voulais partager ou non…

  • Chez Ovoclinic, nous avons un service dédié au suivi personnalisé et à l’accompagnement du patient depuis sa première visite jusqu’à la fin du processus. En tant qu’ancienne patiente en procréation assistée et psychothérapeute en fertilité, pensez-vous que les soins aux patients sont ce qui est le plus valorisé pendant le traitement ?

Je pense que lorsque vous allez à la première consultation, vous ne savez pas à quel point cela peut être difficile et vous ne le voyez pas comme nécessaire ou ne le valorisez pas autant.

Mais quand l’expérience s’allonge dans le temps, sans aucun doute, un accompagnement émotionnel devient nécessaire pour pouvoir vivre l’expérience de la meilleure façon et la moins traumatisante possible.

Je vois aussi ce soutien d’Ovoclinic comme essentiel pour ne pas baisser les bras en cours de chemin avant d’y parvenir car bien souvent le seul secret pour y parvenir est d’insister, en affinant les traitements bien sûr. Cependant, l’expérience est si dure que certaines personnes sont obligées de partir avant d’avoir réalisé leur rêve.

Je pense donc que sans aucun doute cela vaut la peine d’offrir ce soutien dans toutes les cliniques, sachant que l’obtenir du premier coup n’est pas le plus courant, et que le stress et la tristesse accompagnent de nombreuses femmes dans les traitements de procréation assistée et qu’il est très nécessaire d’être avec eux.

  • Comment est née l’idée de créer un groupe de femmes et de les aider sur le chemin de la maternité ?

J’accompagnais individuellement des femmes infertiles depuis quelques années lorsque j’ai commencé à fréquenter un cercle de femmes. J’ai trouvé cet espace sûr et sans jugement dans lequel vous partagez tout ce que vous ressentez, si apaisant et puissant que j’ai voulu reproduire le modèle pour aider les femmes stériles.

Et en même temps, je voulais leur fournir des outils pour pouvoir vivre le processus avec plus de compassion et plus de tranquillité d’esprit.

Et pour cela, la pleine conscience est la meilleure.

  • Quel est exactement le cercle de la pleine conscience et de la fertilité ? Quel est le but de ce cercle ?

Un cercle est un espace dans lequel on se promet de se montrer telle qu’on est et d’écouter les autres femmes sans jugement ni conseil, mais avec le cœur. Et comme les êtres humains se ressemblent vraiment plus qu’on ne le pense, et encore plus les femmes vivant en même temps le désir frustré de la maternité, car il s’avère que ce que l’on partage, résonne avec l’autre et ce que l’on soigne ou accepte, cet autre le fait en même temps.

De plus, se sentir compris atténue une grande partie de nos souffrances. Souvent, ce qui nous arrive ne nous blesse pas tant que l’isolement et l’incompréhension dans lesquels nous le vivons. Et quant au cercle de pleine attention ou pleine conscience, c’est un espace où l’on travaille sur la capacité à être présent. Souvent, nous souffrons aussi d’être coincés dans le passé ou de penser à d’horribles futurs hypothétiques (le terrible et si… ?).

Si nous pouvions vivre le moment présent ici et maintenant et nous concentrer uniquement sur la prochaine étape, le chemin vers la fertilité serait plus facile. C’est pourquoi dans ce cercle, nous apprenons aussi des outils de pleine conscience et partageons notre pratique et nos doutes à travers un groupe WhatsApp (ouvert à tous).

  • Quels conseils donneriez-vous à une fille qui après plusieurs traitements a perdu confiance en elle et n’a pas la force de réessayer ?

Laissez-le se reposer un peu, ce n’est pas grave de s’arrêter même pendant quelques mois. Et qu’elle profite de ce temps pour apprendre à se détendre et gérer ses émotions, retrouver l’illusion des projets oubliés, se lier davantage avec son partenaire si elle en a un et panser les blessures que le chemin infertile a laissées en elle.

Parce qu’il est important d’atteindre l’objectif et de devenir mères, mais sans se perdre en chemin et d’atteindre l’objectif avec suffisamment de force pour recevoir notre bébé entier et non coupé en « petits morceaux ».
Et je leur dirais aussi que s’ils veulent continuer d’essayer :

  • Cherchez des exemples de filles avec des cas similaires qui y sont parvenues
  • Entourez-vous de personnes compréhensives et positives
  • Trouvez une clinique où l’équipe médicale vous fait confiance et où vous vous sentez écouté, respecté et accompagné tout au long du processus
  • Laissez-vous accompagner émotionnellement par quelqu’un qui connaît le sujet
  • Et qu’ils soient compatissants avec eux-mêmes pour savoir que s’ils ne peuvent pas aller avec l’illusion du premier transfert au cinquième, alors c’est normal et que ce qu’ils sont est humain et très courageux d’être là encore, rien de plus.

Publications similaires