Scroll Top

Étude de fertilité chez l’homme, quelle analyse est effectuée ?

problemas fertilidad hombre

On considère qu’il peut y avoir des problèmes d’infertilité dans un couple lorsqu’ils ont eu des relations sexuelles régulières sans utiliser de méthodes contraceptives et qu’une grossesse n’a pas été obtenue après un an. Pour les couples de plus de 35 ans, le délai est réduit à six mois. Dans les deux cas, il est conseillé de se rendre dans une clinique pour effectuer les tests pertinents et identifier le problème afin de trouver la solution au plus vite.

Il est essentiel que le couple soit uni et que tous deux soient impliqués à parts égales dans le processus. Et les problèmes de fertilité touchent généralement les hommes dans la même proportion que les femmes. Même dans 30 % des cas, les deux présentent un problème. Les causes peuvent être très variées, mais une étude adéquate de la fertilité à temps permettra de trouver plus facilement le traitement approprié pour obtenir la grossesse attendue.

Quelles sont les causes de l’infertilité masculine ?

Les situations dans lesquelles le problème vient de l’homme sont généralement liées à la quantité ou à la qualité du sperme et peuvent être liées à des problèmes génétiques ou à des habitudes quotidiennes. Dans le premier cas, l’homme ne peut pas l’éviter, mais dans le second, il est possible de changer certaines habitudes pour améliorer sa capacité fertile.

  • Faible production ou qualité de sperme, soit en raison d’une faible mobilité, soit d’altérations morphologiques.
  • Absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat, généralement liée à un blocage ou à un manque de canal. Par conséquent, même si la qualité du sperme est bonne, la fécondation de l’ovule n’est pas possible.
  • Problèmes de santé. Des maladies telles que l’insuffisance rénale ou hépatique, le diabète, les problèmes de thyroïde, la varicocèle ou les troubles cardiovasculaires peuvent avoir un impact négatif sur la capacité de reproduction.
  • Déséquilibres hormonaux. Dans certains cas, des problèmes hormonaux peuvent affecter la production d’hormones gonadotrophines ou de testostérone.
  • Certains traitements médicaux peuvent également être nocifs, comme les séances de chimiothérapie. Dans ces cas-là, une des solutions pour prévenir les effets secondaires du traitement est de congeler au préalable le sperme.
  • Maladies héréditaires ou altérations génétiques telles que la mucoviscidose, le syndrome de Klinefelter, le syndrome de Kartagener ou le syndrome de Kallmann. Mais la fragmentation de l’ADN peut également jouer un rôle, pouvant provoquer des échecs d’implantation de l’ovule fécondé et des avortements spontanés.
  • Mauvaises habitudes et impacts environnementaux. L’exposition à des composants chimiques d’origine industrielle et aux radiations, la consommation d’alcool, de drogues, de tabac et même de caféine peuvent affecter la fertilité. Et la même chose se produit avec le stress, qui peut influencer négativement la production et la mobilité des spermatozoïdes.

Quels tests sont réalisés pour étudier la fertilité chez l’homme ?

L’étude de la fertilité masculine commence dans le cabinet de l’andrologue, qui réalisera un entretien et un examen de base comprenant une analyse des antécédents médicaux et reproductifs. En plus des questions sur le mode de vie, l’exercice physique, le tabagisme, les drogues et l’alcool et les habitudes alimentaires, différents tests seront effectués pour déterminer les causes possibles de l’infertilité, les plus courantes étant les suivantes :

Séminogramme

L’objectif principal du spermogramme est d’évaluer la qualité du sperme. Les paramètres des spermatozoïdes sont étudiés et les aspects macroscopiques (pH, viscosité, aspect, temps de liquéfaction, volume…) et microscopiques (concentration des spermatozoïdes par millimètre cube et quantité totale, ainsi que la morphologie et la motilité) sont déterminés.

Compte de sperme mobile

Dans le cadre de tout traitement de procréation assistée, il est essentiel de réaliser un test de capacitation des spermatozoïdes REM (nombre de spermatozoïdes mobiles). Un test qui repose sur le traitement de l’échantillon pour récupérer ceux qui ont la meilleure mobilité, qui seraient ceux choisis dans les différentes techniques de reproduction. Si des résultats pathologiques sont donnés, l’analyse du sperme, combinée au REM, déterminera quel traitement de procréation assistée est le plus approprié pour obtenir une grossesse.

Sérologie

Grâce à ce test, il est possible de détecter la présence d’anticorps dans le sang suite à la présence ou à une exposition antérieure à un micro-organisme pathogène spécifique. Les sérologies de l’hépatite B et C, de la syphilis et du VIH sont analysées.

Hémogramme

Il s’agit d’un test sanguin qui mesure les trois types de cellules qui contiennent du sang, de manière globale et proportionnelle : la série érythrocytaire (série rouge), la série plaquettaire et la série leucocytaire (série blanche).

Karyotype

Cette prise de sang est réalisée pour analyser les cas d’hommes présentant des paramètres spermatiques très altérés (oligo-asthéno-tératozoospermies) et pour connaître la formule chromosomique du patient, afin d’exclure d’éventuelles altérations chromosomiques pouvant être responsables de l’infertilité. De plus, dans les cas où les échantillons de sperme sont très altérés, il est possible de demander d’autres tests pour réaliser une évaluation plus précise, comme une étude de la méiose, une analyse de la fragmentation de l’ADN du sperme ou un FISH du sperme.